mardi 4 décembre 2012

Petroplus : Le bras de fer continue avec Shell





Le tribunal de commerce de Rouen a mis aujourd'hui (4 décembre 2012) en délibéré à vendredi (7 décembre 2012) sa décision relative à la prolongation de la poursuite de l'activité de la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne en liquidation judiciaire.
Shell ne veut pas son contrat avec la raffinerie au-delà de la mi-décembre, ce qui devrait compliquer encore la recherche d'un repreneur du site, a déclaré l'administrateur judiciaire.


Faute d'approvisionnement en brut après le 15 décembre 2012, la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne devra cesser son exploitation dès le 16 décembre.

Ce contrat avait été conclu mi-juin avec Shell pour une durée maximale de 6 mois, afin de permettre à la raffinerie (fermée depuis le dépôt de bilan de sa maison-mère suisse, en janvier) de redémarrer, et de susciter ainsi des offres de reprise.

Or, si elle n'est plus approvisionnée en pétrole, la raffinerie devra cesser son exploitation dès le 16 décembre. Ce qui risque, craignent les salariés, de décourager les acquéreurs potentiels.

"Si la raffinerie est à nouveau arrêtée, les repreneurs devront supporter le coût de son redémarrage, soit au moins 20 millions d'euros", avance Yvon Scornet, porte-parole de l'intersyndicale CGT-CFDT-CFE/CGC.


Pour Yvon Scornet "Le gouvernement doit faire pression sur Shell pour qu'il prolonge son contrat en menaçant de lui retirer le droit d'exploiter le pétrole au large de la Guyane".


Le bras de fer continue.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire