mardi 5 février 2013

L'attente après le dépôt des 5 offres de reprise #Petroplus


Petroplus.jpg

Cinq candidats se sont manifestés ce 5 février 2013 pour reprendre la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne menacée de liquidation, dont un groupe égyptien qui n’avait pas auparavant manifesté son intérêt pour le site rouennais.
Selon Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif, deux de ces offres «paraissent sérieuses et financées».
Le représentant du groupe égyptien en France, Michel Billard de la Motte, a assuré à l’AFP avoir déposé «un plan de reprise complet de la raffinerie de Petit-Couronne», qui prévoit «la reprise de la totalité du personnel», sauf une soixantaine de salariés qui veulent prendre leur retraite.
La CGT a indiqué auparavant qu’au moins trois offres avaient été déposées, précisant qu’elles émanaient, outre Istithmaraat, du groupe NetOil basé à Dubaï et contrôlé par l’homme d’affaires libano-américain Roger Tamraz, et du groupe libyen Murzuk basé dans la ville du même nom dans le sud de la Libye.
 Interrogé sur Canal+ dans "Le Grand Journal", le porte-parole de l’intersyndicale, Yvon Scornet (CGT), a précisé que ces trois offres prévoyaient «en gros» la reprise de l’ensemble du personnel, il a mis en avant qu'«hier on voulait nous mettre à mort, aujourd’hui nous sommes contents, on va pouvoir travailler sur des dossiers qui vont permettre une cession et de ne pas être ce domino qui va entraîner encore d’autres dominos derrière».
Interrogé sur France 3 Haute Normandie, un autre représentant de la CGT, Nicolas Vincent, a rapporté que le gouvernement jugeait l’offre égyptienne «sérieuse» et était prêt à engager le Fonds stratégique d’investissement (FSI) dans la reprise de Petroplus.
Sans les offres présentées ce 5 février 2013, une liquidation du site paraissait inéluctable.
Le contenu des offres seront exposé aux 470 salariés demain (6/02/13), lors d’un comité d’entreprise à partir de 14H30, selon la CGT. 
A suivre.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire